Cliquez , lisez , respirez … Bienvenue Chez Leyla

Et si on jouait aux échecs ?

Apparemment ça commencerait par un jeu d’échec ou plus exactement par un  club d’échec, il suffirait alors  de pousser  une porte  qui longtemps est restée fermé et interdite d’accès. Puis quelques marches suffiront avant de se retrouver au  milieux de tables garnies de pions blancs et noirs, à leur bord une mélopée de personnages : les uns s’engueuleraient  autour d’une partie , les autres complètement absorbés par le jeu tenteraient d’élaborer une stratégie , les autres enfin  s’avoueraient vaincu en poussant un soupir  en signe d’abandon .. Mais parfois ça dégénérerait, et ça parlerait alors de  politique, de l’est, du communisme – de cet espoir que celui-ci suscite existe ou qu’enfin l’aveu que ce dernier est bel et bien fini, bel et bien mort – …. La recette là voici donc : mettez un bon vieux bistrot parisien de la fin des années 50 , un jeune garçon suffisamment curieux en période de préadolescence, ajoutez au sein de ce sous –sol quelques tables en guise de tables d’échecs, et surtout oui surtout ajoutez y une flambée de personnages : les uns aussi émouvants que les autres, aussi énigmatiques, déchirés , exilés : ayant fui un régime destructeur qui avait eu raison et n’hésitant pas pour cela à trahir leurs familles amis et enfant  . Mélanger le tout, ajoutez y  une pointe d’humour, plusieurs feuilles de papiers ( des centaines en fait ) et vous obtiendrez : Le club des Incorrigibles optimistes .

Un Goncourt nommé Désir :

Ce livre a trôné sur ma table de chevet pendant plusieurs jours, je dois même vous avouer que je l’ai malmené aussi : le transportant de bus en métro, et même en avion (c’est qu’il en a parcouru des kilomètres celui à ) , le lisant dans les longues files d’attente . Il se trouve que Monsieur Guenesia a réussi son coup ! Zut alors ! Il m’a rendu au fil de ces pages complètement accro à son livre . Happée par les pages qu’elle tournait, Leyla a complètement été absorbée par l’histoire de ce jeune héros : Michel Marini  , seulement âgé de 12ans qui un jour , un peu trop curieux sans doute , passe la porte d’un petit sous sol d’un bistrot parisien de la fin des années 50 et se retrouve propulsé dans un monde nouveau . Il apprend à jouer aux échecs, et il échoue remarquablement mais peu importe en fin de compte ! Le voilà vivant plusieurs vies, alors qu’avant il se cantonnait à quelques partie de Baby Foot en jeune collégien d’Henry IV.. Le voilà dès lors, propulsé en URSS avec Igor : un  jeune médecin qui fuyant son pays  a échappé d’un règlement de compte et s’est retrouvé à Paris ou il ne pourrait exercer son métier se contentant d’être ambulancier et taxi parisien. Des regrets ? Ils n’en parlent pas , tous savent qu’ils devaient fuir , fuir ce pays, leur pays, cet espoir auquel ils s’étaient attaché . Mais de toute façon, c’est trop tard, à quoi bon remuer le passé ? Mais tous savent : ils savent qu’ils ont trahi : leurs idéaux, leurs proches , leurs convictions .

Un roman à plusieurs voix :

Et puis d’autres batailles, d’autres rencontres , et d’autres tables d’échecs : un homme Leonid  récompensé autrefois , médaillé, ancien pilote de ligne qui un jour a décidé de tout quitter pour une femme : une parisienne, qui lui a tout donné et qu’il a fini par rejeter en s’en mordant les doigts , et ne cessant par la suite de penser à elle. La table tourne, les pions se déplacent mais le joueur est absent : il est refusé, interdit du club . Sacha c’est son nom, photographe à ses heures .. Lui aussi a fui l’URSS , lui qui était haut gradé , lui qui d’un cout de baguette magique faisait disparaitre le gros ventre de Staline ou pis encore faisait en sorte qu’elle ou lui n’ait jamais existé sur toutes les photos ou documents officiels : comme ça d’un seul coup  .Il est détesté , bousculé ,plus tard , l’auteur nous dévoilera son  histoire : et pas des moindres ! Lui qui a voulu sauver son frère en le prévenant de sa future arrestation. Un lien unit Igor et Sacha , une histoire que l’auteur mettra du temps à dévoiler un peu comme s’il voulait s’assurer avoir déjà poser les pièces maitresses .  La table tourne encore , et voilà un autre personnage ,toujours cette obsession de rejoindre aux Etats Unis pour voir son frère  mais sachant très bien qu’il n’aura jamais la possibilité d’y aller  . Travaillant toujours d’arrache pied à un manuscrit de plus de 1000 pages mais croyant toujours à une possible publication (faudrait pas plutôt penser à réduire le nombre de pages, je dis ça je dis rien) .

Bref vous l’aurez compris : un coup de coeur des leylies !!!

Et se faufilant entre toutes ces tables : notre Michèle à nous. Toujours aussi nul en maths, lisant en marchant, en traversant, pendant les cours , photographe amateur en particulier celui du jardin du Luxembourg . Attachant avec Cécile son amie de toujours qu’il finit par trahir lui aussi, émouvant lorsque sa famille se déchire, lorsque son père quitte la maison, que son frère part s’engager en Algérie .  La chance sur sa route lui fera rencontrer une jeune demoiselle adepte de la lecture en marchant, une jeune juive qui devra rejoindre sa terre natale.

Et puis toujours en toile de fond, ce Paris de la fin des années 50 et du début des années 60 , avec la guerre d’Algérie toujours aussi présente avec l’ensemble des désillusions qu’elle sème et les confusions qu’elle crée .

La fin est tout simplement magnifique (le dernier coup de grâce de Sacha) et poignante. En deux mots : échec et mat.

J’avais presque oublié de vous parler de Kessel et Sartre : vous y croyez vous, qu’ils jouaient ensemble aux échecs ?

Publicités

Commentaires sur: "Échec et Mat par Jean-Michel Guenassia" (8)

  1. C’est vrai qu’il est tentant ! Bon… je fais baisser ma pal et j’avise!
    Super ton blog, bisous^^

  2. Il est plus que tentant 🙂 . Je te le conseille vivement ^^ .

    Mais ben sur la Pal avant tout =D

    Merci pour le blog.

    Bisous également

  3. bon, il faut que je le lise… ton billet est tellement positif que ce serait mal d’y résister !! 🙂

  4. Oui je confirme ! Il s’agit là d’un coup de coeur : mon coup de coeur 2010 jusqu’à présent ^^

  5. mon coup de cœur 2009 pour ma part… (mon article dessus est hélas de moins en moins lu puisqu’il se retrouve exilé au tout début de mon blog : c’est la première critique que j’ai écrite, la mieux aussi à mon avis 😛 )

  6. Je dirai que pour ma part il s’agit de mon coup de coeur 2010 =D .

    Et je dois dire que j’ai lu ton article que j’avais beaucoup aimé ^^

  7. On me l’a offert pour Noël mais je n’ai toujours pas eu le courage de l’ouvrir. Je n’ai lu que le début de ton billet (pour garder un peu de surprise), mais déjà tu me motives à le mettre tout en haut de ma PAL. Peut-être mon prochain coup de coeur à moi aussi! 😉 Merci beaucoup!

  8. Rahh , je sais bien que mes billets sont trop longs 😛 .. Mais ne t’inquiète pas je révèle jamais rien de l’intrigue !

    Quoiqu’il en soit , je te conseille vivement de le commencer ! Bon , c’est vrai que c’est un petit pavé mais tellement agréable à lire . Je dois dire que jusqu’à présent c’est mon coup de coeur 2010 ^^

    De toute façon , si je te motive à la lire : alors ça me va très bien 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :